L’histoire du Café Sauvage

Le Café Sauvage, c’est toute une histoire :

On voulait construire des cabanes, s’amuser dans la nature, planter des graines n’importe comment et observer le résultat magique, faire des fêtes marrantes, dans la continuité d’un passé culturel riche et déjà hors cadres dans la désinvolture et la liberté.

Alors on s’est réuni, on a pensé, on a imaginé et on a décidé d’agir ! Alors on a créé l’association Bande de Sauvages, en avril 2012.

D’abord, on voulait faire un camping, comme ça on aurait pu construire des cabanes et planter des graines partout sur le terrain, peut-être même y vivre, dans des habitats légers et libres. Ce projet s’est séparé de l’asso Bande de Sauvages pour des raisons, mais est toujours en cours sous le nom de l’association Let’s Go Camping et ça travaille dessus toujours en ce moment.

Après, on s’est dit : bon, là nos énergies sont en ville, il y a un réel besoin à Caen d’espaces créatifs de liberté et de partage. Qu’est ce qu’on a en ville ? On a regardé un peu, et il n’y avait pas grand chose à part Vélisol peut-être, qui fait de la réparation de vélo participative ! Alors on s’est dit, un garage associatif, ou on pourrait réparer nous même nos voitures, mais aussi bricoler réparer des trucs, avoir une AMAP, planter des parterres, organiser des concerts dans le garage etc…

Puis on s’est rendu compte que la tâche, pour une première était hardue. Alors nous est apparue l’idée d’un café associatif, oh mais oui ! Qu’est ce qu’on voulait dans le fond ? Faire ensemble, rencontrer d’autres personnes ayant des envies de bien vivre cette société et d’agir dans le bon sens ! Le café, c’est le lieu parfait pour rentrer dans la danse Sauvage, en ville. D’autant qu’il n’y avait pas de lieu de ce genre à Caen ! Hop, au boulot. On fait un financement participatif ici et nous voilà vers la succes story sauf que le succès ici, c’est de faire tout un tas de trucs ensemble pour l’intérêt de tous, en y incluant les motivations individuelles comme part entière du processus ! Nous récoltons 5000 euros sur les 3000 demandés, ce qui nous engage auprès de vous et nous pour réaliser ce beau projet.

Mais un projet, c’est difficile ! Il nous aura fallu 1 an pour trouver un vrai local un peu pérenne après tout un tas d’aventures et mésaventures, de pistes et de touches.

Ne trouvant pas de local, nous achetons une caravane pour en faire une buvette mobile sur des évènements, avec des boissons du coin, des bons repas, faits par nous-mêmes, issus d’agriculteurs chouettes et bios, le tout à prix libre, pour reprendre le pouvoir, ou du moins avoir une base de réflexion, d’autonomie et de compréhension sur nos dépenses et nos choix. On en profite pour faire une jardinière en palette transportable, une tente massage, des valises avec des beaux livres et une autre avec des jeux, des déguisements, des concerts et surtout de belles rencontres, humaines et associatives, plusieurs niveaux de faire ensemble et tout un tas de Sauvages qui rejoignent l’aventure et la font vivre.

Le 8 décembre 2014, après plusieurs mois de caravane buvette Sauvage dans la joie, et quelques boires et déboires, de locaux introuvables ou éphémères, Café Sauvage dans un lieu fixe ouvrait ses portes en une semaine d’inauguration riche et magique !

La continuité de l’aventure, le projet devient expérience, et le collectif vit, se forge, change, évolue, vit, se transforme, s’améliore, se perd, se retrouve, se reforme, se forme, change, vit.

Plusieurs niveaux de collectif, la naissance d’une entité organique. Bande de Sauvages.

Bande de Sauvages grandissant et existant de plus en plus se construit. L’association devient ce qu’elle doit devenir : sous une forme juridique et avec une visée socio-économique (obligatoire pour exister dans notre société actuelle), elle permet l’émergence de projets et leur transformation en expériences, avec comme valeurs, le faire ensemble, le bien vivre ensemble, le respect et la bienveillance envers les autres, la nature et soi-même toujours dans un esprit libre, créatif, joyeux, fun et ouvert !

www.bandedesauvages.org

Pré-Histoire :

Ce sera une chronologie foutoir et sans aucun doute une grande fresque historique, une révolution du peuple que je vais essayer de vous conter là !

ubu

     C’est d’abord des étudiants qui de fête en fête, décident d’en créer une plus grande et d’inviter le public à la partager avec eux. Ce sera un Ubu pirate en 2007,  monté dans le cadre des Fous de la Rampe, festival de théâtre universitaire. Cette première expérience, plus de 20 personnes sur scène et un grand banquet final, a été l’étincelle d’un avenir explosif.

nuitbs

La Nuit Très Bien Spéciale en 2008, sorte d’orgie artistique le temps d’une nuit dans le palais du Pavillon de Normandie, est inventée par la même équipe folle que celle d’Ubu. On y a expérimenté nos talents d’organisateurs pour concocter une soirée qu’on voulait atypique, variée, bordélique et désespérément Sauvage ! Avec toujours ce qui ne nous quittera plus désormais : proposer du manger et du boire pour une somme modique. On ne vous donnera pas les explications symboliques du repas mais disons que pour nous, après quelques années de colocation, le repas a toujours été un moment privilégié et stratégique pour toutes les grandes décisions de la vie.

Nous avons voulu dès le départ intégrer le plus de gens possible à nos aventures, faire participer les copains des copains des copains, qui, quoi qu’il arrive, sont toujours source de nouveautés, nouvelles idées, soutien et force. Et ce « Nous », même s’il possède un noyau, aura toujours été en évolution, comme une petite bulle qui s’agrandit, se métamorphose, explose et hop renaît d’un claquement de doigts.

exporcexporcsdaprespaysage

 

 

 

 

 

 

 

 

Les projets théâtraux, performances se succèdent avec Ex.porc.s, joué au CDN de Caen et D’après Paysage, d’abord projet duo qui s’est transformé en joyeux bordel au Petit Lieu Poileboine (premier lieu d’Amavada). En écrivant cela je me souviens également d’une soirée au cinema Lux à l’occasion de la projection d’En forme de poire de Benoit Lemmenais, avec Satie en toile de fond et nous autres en animateurs impétueux.

Changement de décor#1

La collocation à Airan (2008-2010) a été par la suite la bombe qui a fait exploser toutes nos idées, nos envies, nos délires. En plus de la vie à 100 à l’heure, de petits films pour rigoler, (Socrate is dead), nous étions dans un bain effervescent si bien que chaque mardi pendant 2 ans, l’Huître Rouge imposait sa marque. Les Mardis en Huître étaient nés. Le concept est simple : 2 personnes du groupe sont tirées au sort pour organiser un mardi soir. Ils sont libres de tout. C’est ainsi que chaque semaine le public, d’abord amical puis de plus en plus ouvert, découvre des soirées multi-tout.

mardimardismardissmardissssmardisssss

Performances, concerts, ambiances, projections, jeux… Les spectateurs sont parfois mis à l’épreuve, souvent contraints de participer, car sans eux rien n’existe. Soirées souvent thématiques, chaque mardi est unique : Mathématiques/Moto/Musique, Révolution animale, Kermesse, Foire Internationale, Non-Mardi, Rika Zarai, Tournoi de Mario Kart grandeur nature… et autant de repas à 2 euros. Soirées improbables, déraisonnables qui se finiront par le festival des Quatres Mard’Huîtres, sorte de gong final à cette vague nébuleuse.

Changement de décor#2

Changement de style. Airan n’est plus. Comment continuer à inventer sans lieu fixe, sans cet endroit propice qui était notre maison ?

Les soirées Vomir seront donc les petites soeurs des Huîtres (2011-2012). Une fois par mois, même concept appliqué. Une équipe d’organisateurs est tirée au sort. Nouveau challenge : trouver un lieu pour avoir lieu. Des rendez-vous singuliers donc, à la recherche d’endroits incongrus, que l’on a souvent rendu accessibles par nos propres moyens, pour des soirées clandestines et plus intimistes.

Mais aussi concerts aux petits oignons dans une chapelle aux petits oignons de notre village.

Changement de décor#3

festivalorphelin

Dernier lieu où tout est encore possible. 2 années, 2 festivals, plutôt tournés musique, puisque en amour avec Ecuyes, organisateur de la Vie à Caen. C’est donc ensuite chacun de leur côté que les entités de la nébuleuse Très Bien Spéciale s’agitent. Des envies qui muent, comme une peau qui change d’aspect, des moteurs qui continuent de tourner en attendant le déclic d’un nouveau départ.

Changement de décor#4

Bande de Sauvages toi-même. Retour aux sources de ce qui nous anime. Des envies plus pressantes de revenir vers la ville après 6 années d’envolées champêtres. Airan, Rots, Evrecy. Caen. Implanter notre jardin en ville et y faire pousser ce qui nous a fait pousser nous-mêmes ces dernières années. Mûrir et faire vivre un vrai projet, durable peut être… Conquérir le monde avec des idées aussi ridicules que solidarité, entraide, partage, bien-être et Sauvage ! Avec ou sans poil, c’est vous qui choisissez.

On vous attends de pied ferme pour sauter dans notre grand bateau et souffler sur la voile ! On ne se laissera pas apprivoiser si ce n’est par vous.

Par Leslie

Publicités

Une réponse à “L’histoire du Café Sauvage

  1. Bonjour, je suis nouveau membre du café sauvage, j’y vais tout à l’heure d’ailleurs…Pour ce qui est de lieux insolites pour des petits événements, vous avez jamais pensés à un bus de soirée? je dis ça parce que je travaille en bus de soirée…ç’est juste une idée comme ça…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s