Certains salariés peuvent prétendre à une retraite complète dès 62 ans, est-ce votre cas ?

Certains salariés peuvent prétendre à une retraite complète dès 62 ans, est-ce votre cas ?

En temps normal, il faut cotiser un maximum de trimestres afin d’accéder à une retraite complète. Mais un mécanisme permet d’en bénéficier dès 62 ans. Explications !

Bénéficier d’une retraite à taux plein dès 62 ans, comment ça marche ?

Vous l’ignorez peut-être, mais vous pouvez toucher une pension à taux plein avant l’âge légal de départ. Il existe en effet un mécanisme permettant d’activer cette option. Et, celle-ci concerne à la fois les pensions de base et complémentaire. Plus besoin de cotiser un nombre spécifique de trimestres.

De fait, pour percevoir une pension de retraite à taux plein dès 62 ans, vous devez être reconnu « inaptes » au travail. En vertu de l’article L351-8 du Code de la Sécurité Sociale, vous pouvez bénéficier d’une retraite complète même si vous ne remplissez pas les conditions de durée d’assurances prévues.

En principe, une personne inapte au travail est dans l’incapacité d’effectuer les missions de son poste en raison de son état physique et/ou mental. Il y a bien entendu un taux d’incapacité minimum retenu, soit 50%. Pour rentrer dans cette catégorie, vous devez d’abord consulter votre médecin traitant ou un médecin du travail.

En théorie, une personne inapte au travail est incapable de poursuivre son activité professionnelle sans nuire à sa santé. Le cas échéant, vous devez obligatoirement remplir une fiche d’inaptitude. Lors de votre demande de retraite anticipée, adressez cette fiche à la caisse de retraite. Pour partir à la retraite à 62 ans, vous devez effectuer cette démarche à vos 61 ans et demi au maximum.

Le moment venu, n’oubliez surtout pas de cocher la mention « demande de retraite anticipée » dans ce même formulaire. La suite dépend des décisions prises par le médecin conseil de l’organisme qui versera votre retraite.

Ces cas particuliers à prendre en compte

Parfois, un salarié peut être « présumé inapte » en l’absence d’un avis médical. C’est notamment le cas des bénéficiaires d’une pension d’invalidité ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Dans les deux cas, l’état d’inaptitude du travailleur est reconnu de plein droit, sans nouveau contrôle médical.

Si c’est votre cas, votre pension ou votre allocation se transforme automatiquement (ou sur demande) en pension de retraite pour inaptitude. Pour ce faire, vous devez être âgé de 62 ans.

Pour mémoire, trois niveaux d’invalidité sont prévus par le médecin conseil de la CPAM. Premièrement, il y a ceux qui peuvent encore travailler, mais dont la capacité de travail est limitée d’au moins 66%. Deuxièmement, il y a ceux qui ne peuvent plus travailler. Et enfin, il y a ceux qui ne peuvent plus travailler et qui ont besoin de l’assistance d’une tierce personne dans leur vie quotidienne.

La retraite pour inaptitude est souvent attribuée aux personnes ayant exercé des métiers à forte pénibilité (le bâtiment, la manutention, par exemple). Idem pour ceux qui ont travaillé de nuit et ceux qui ont exercé des métiers à risques (ou impliquant des gestes répétitifs). Dans tous les cas, le montant de cette retraite ne peut être inférieur au minimum contributif, soit 733,03 € brut par mois en 2024. Et, celle-ci est versée par le médecin conseil de l’organisme responsable.

Café Sauvage est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

CAFÉ_SAUVAGE_logo_icon_FAV
L'équipe de Rédaction

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *